Error message

Deprecated function: Array and string offset access syntax with curly braces is deprecated in include_once() (line 20 of /var/www/gcwa/includes/file.phar.inc).

News

Cameroon / Prevention: Le Dr Etienne Nnomzo'o: "3,6 millions de condoms féminins d'ici 2012"

12 Aug, 2009
|
By: Jocelyne Ndouyou-Mouliom
|

Le Dr Etienne Nnomzo'o, secrétaire permanent adjoint du Comité national de lutte contre le sida, revient sur les stratégies de vulgarisation.

Qu'est-ce qui est fait au niveau du Comité national de lutte contre le sida pour vulgariser l'utilisation du préservatif féminin ?
Le préservatif féminin est un moyen, comme le préservatif masculin, qui permet de lutter contre le Vih/sida en cas de rapports sexuels à risques, mais aussi des grossesses indésirées. Il a été lancé depuis un certain temps déjà, mais sa promotion n'a pas suivi parce qu'à l'époque, nous n'avions pas de stocks suffisants pour pouvoir engager en même temps la promotion et la distribution. Mais depuis l'année dernière, grâce aux financements d'un bailleur des Pays-Bas, le Projet accès universel au préservatif féminin au Cameroun est en train de se mettre en place à travers l'Association camerounaise de marketing social.

Ce projet vise à distribuer 3,6 millions de préservatifs féminins d'ici à 2012. C'est dans ce cadre que nous avons prévu la promotion et à l'heure actuelle, la structure a déjà recruté des associations qui vont mener des campagnes de sensibilisation. Des personnes vont également être formées à cet effet, de même que les promoteurs qui vont en assurer la distribution. Une distribution qui sera payante, tout à côté du préservatif masculin. Cette distribution est prévue sur toute l'étendue du territoire, mais au regard des fonds disponibles, la promotion sera limitée dans un premier temps à cinq régions. Le point d'orgue étant la semaine nationale de lutte contre le sida, au cours de laquelle le grand lancement sera effectué, avec toute la communication y afférente. 600 000 préservatifs sont déjà disponibles et d'ici la fin d'année, on aura environ un million de préservatifs en circulation, principalement dans les lieux où on négocie et pratique le sexe.

Avez-vous pensé au prix ?
Le préservatif féminin coûte cher parce qu'il est aussi cher dans la fabrication et parce que sa distribution n'est pas universelle. En effet, plus on fabrique, moins l'article coûte. Or, à l'heure actuelle, les usines n'en fabriquent pas en grandes quantités. Le problème de promotion et d'utilisation n'est pas propre au Cameroun seul. Toutefois, je pense que nous resterons probablement à 100F l'unité. Mais selon que la distribution va augmenter, le prix pourrait baisser.

Avez-vous pensé aux utilisatrices elles-mêmes, parce que jusqu'ici, les femmes sont réticentes à utiliser ce condom?
Il faut dire que ce sont les femmes qui vont assurer la promotion du préservatif féminin. On met un accent particulier sur les associations de femmes, afin qu'elles convainquent leurs soeurs du bien-fondé de l'usage de ce moyen de prévention. D'ailleurs, avant le projet à mettre en place, c'est dans les associations féminines que la distribution se faisait. Donc ce sont les femmes elles-mêmes qui sont appelées à être actrices de la promotion.

Mais est-ce que déjà les fabricants ont tenu compte de tous les inconvénients notés par les utilisatrices (difficultés d'enfilage, bruit, inconfort?
Toutes ces difficultés ont été prises en compte, dès la fabrication. Les préservatifs actuels qui sont de deuxième, voire troisième génération ont beaucoup évolué. La substance et les produits utilisés pour la fabrication changent, ce qui fait que les effets indésirables de l'époque n'existent presque plus. Encore qu'il y a des préservatifs plus orientés vers le plaisir qui vont être distribués, autant que ceux qui sont orientés vers la prévention pure.